S’habiller éthique & écolo

Après avoir effleuré le monde déprimant qu’est l’industrie textile mainstream, je me suis tournée vers l’univers beaucoup plus réjouissant du textile éthique et écolo. Comme d’habitude, j’ai été surprise de découvrir le foisonnement de marques, de labels, de boutiques et de créativité qui existe. Où sont-elles cachées ? Un nouveau plaisir s’ouvre à moi, qui adore découvrir des nouveaux endroits. Je vais pouvoir aller arpenter les rues parisiennes en sortant des sentiers battus, à la découverte de boutiques qui sont pourtant là depuis longtemps. Simplement plus discrètes que les grandes enseignes des rues de Rivoli, de Rennes et autre forum des Halles…

Bref, c’est le moment de passer à l’action !

J’ai identifié trois pistes concrètes pour m’habiller éthique et écolo.

Option 1 : les bons critères de choix pour acheter neuf

C’est bien beau de savoir qu’il y a plein de marques super qui font les choses correctement, encore faut-il savoir comment s’y retrouver entre les promesses sincères et le greenwashing à peine voilé.

La première chose est donc décider de mes nouveaux critères d’achat. Pour ça, le guide des étiquettes de Slow we are est super utile.

Comme pour l’alimentation, j’ai découvert qu’il existe des labels.

labels textile ecolos

  • GOTS « indique que les produits sont au minimum issus à 70% de l’agriculture biologique » + garanti le «  respect des conventions de l’Organisation Internationale du Travail (liberté syndicale, salaires décents, non-travail des enfants…) ».
  • Oeko-tex « garanti la non-toxicité d’un vêtement pour la santé ».
  • Max Havelaar : commerce équitable, comme pour le café et le chocolat.

J’ai été surprise de découvrir que je possède des objets qui ont ces labels, et ce n’est pas ceux auxquels je me serais attendue ! Il s’agit de tote-bags promotionnels de La Ruche qui dit Oui et de Ulule. Chapeau les gars !

Concernant le made in France, cela signifie en gros que la confection a été faite en France. Ça garanti les normes sociales et environnementales pour cette partie de la fabrication, mais ne dit rien sur les conditions de fabrication de la matière première. Il y a aussi des labels du made in France qui garantissent la tracabilité (Origine France Garantie ou France Terre Textile, qui est aux textiles ce que l’AOP est aux fromages) et le savoir-faire artisanal exceptionnel des fabricants (Entreprise du Patrimoine Vivant).

labels made in france

Ce qui est important outre les conditions de fabrications sociales et environnementales, c’est la matière utilisée : coton, viscose, polyamide, etc. Elles sont loin d’avoir toutes le même impact écologique !

On se doute de suite que les matières qui commencent par « poly » ne vont pas être les premières sur la liste. J’ai été très surprise d’apprendre dans le guide de Slow we are que le coton est parmi les pires matières possible au niveau de l’impact écologique ! Plutôt logique finalement quand on regarde la consommation en eau et en pesticides… (Voir l’article « Parlons chiffons »)

Les matières à privilégier, toujours d’après le fameux guide Slow we are, sont donc le lin bio, les fibres recyclées et le chanvre bio. Bon, on va pas aller très loin avec ça… Aller, on peut aller jusqu’aux secondes sur la liste : tencel ou lyocell (fibre produite à partir de cellulose), coton bio, laine bio, soie bio, coton pima (coton péruvien), abaca (fibre végétale) et pinatex (fibre d’ananas).

Maintenant que je m’y retrouve un peu mieux, je peux commencer le shopping grâce aux bonnes adresses de Manon.

Option 2 : une deuxième chance pour la seconde-main

Je pensais ne pas être fan des friperies car je déteste fouiller. Je n’ai pas beaucoup d’imagination en matière de fringues, et j’aime bien quand les choses sont bien présentées et que je peux me projeter facilement avec.

J’ai donné une seconde chance à ces lieux récemment, car je cherchais un petit sac en cuir, sans vouloir y consacrer un montant faramineux. Et j’ai été agréablement surprise !

L’avantage écolo de la friperie, c’est évidemment de prolonger la durée de vie des vêtements. Bien sûr, l’autre avantage est économique. Parce que les marques qui produisent des vêtements qui satisfont les critères cités plus haut sont souvent plus chères que leurs consœurs qui remplissent les rues commerçantes. Explorer les friperies permet donc de garder des économies pour investir dans des belles pièces de marques éthiques et écolos.

2 friperies parisiennes que j’aime bien :
Kiloshop (j’ai été à la boutique de Marais et à celle de Saint Germain)
– Emmaüs dans le Marais, 35 rue Quicampoix

Une liste de friperies à Paris : par ici

Option 3 : le DIY, ou comment je suis devenue accro à Pinterest

C’est une option qui demande du temps, de l’imagination et de la persévérance. Ce n’est pas forcément moins cher que d’acheter des vêtements prêts à porter, sauf si on recycle des vêtements qu’on ne mets plus pour les customiser ou en faire des nouveaux.

Je suis en train d’explorer ça et je m’amuse bien ! J’ai commencé par retoucher des vêtements que je ne mettais pas ou peu à cause de détails : bretelles trop longues, décolleté trop profond, etc. Finalement, il suffit de peu pour retrouver le plaisir de porter ces habits !

Maintenant, j’explore de nouvelles possibilités : couture, tricot, crochet, broderie… C’est infini et ça me plaît bien de découvrir des nouvelles choses à faire de mes 10 doigts. Affaire à suivre…


Maintenant, c’est parti ! Comme pour l’alimentation, ça va me demander un certain temps de varier mes circuits habituels pour construire des nouvelles habitudes.

Je ne me mets pas la pression. Je ne vais pas changer tout le contenu de mes placards d’un coup, mais plutôt chercher à des nouveaux moyens de remplacer les vêtements qui me lâchent.

IMG_4607

Mes premières avancées concrètes :

  • une jupe longue trouvée chez Kiloshop (friperie),
  • un soutien-gorge Sloggi evernew, en coton oeko-tex (c’est déjà ça), et garanti à vie,
  • des baskets Veja en soldes (marque aux hauts standards écologiques et sociaux, trop longs pour les détailler ici !),
  • un bonnet et une robe fabriqués à la main (voir le tuto pour la robe, hyper simple).

Et comme mes sandales viennent de me lâcher, la liste va bientôt s’allonger !

Et toi, tu les achètes où tes vêtements ? Tu les choisis comment ? Quels sont tes marques écolos préférées ?

Publicités

4 réflexions au sujet de « S’habiller éthique & écolo »

  1. 👋🏼 Je tente mes prochains achats via le web et dans le genre, j’ai trouvé 1083.fr et hopaal.com sinon dans le coté fripes, il y a Emmaüs par chez moi (je ne suis plus parisien, ouf 😉)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s